.           Beaucoup de merveilleux souvenirs de ces moments passés dans le labo. Un apprentissage des valeurs et construction d’une image. Des mains qui s’agitent entre le papier et l’objectif, puis la monté dans le révélateur : “une poésie”.

.          Le traitement fini, le séchage sur clayette, puis la presse et enfin la retouche au pinceau. Certain utilisait du fiel, d’autres de l’eau distillée, d’autres de la salive pour diluer l’encre, et point par point les densités remontaient, les poussières disparaissaient,  il pouvait y avoir des parties entières de l’image qui y étaient modelées.

.          Souvenirs, souvenirs me direz vous? Non pas vraiment car les images subissent le même traitement le pinceau n’est simplement plus le même. La main, le geste et l’amour du beau tirage d’art restent identiques.

 

 

 

Pablo Inirio, maître de chambre noir à Magnum Photos à New York nous dévoile le travail de retouche effectué sur les tirages.

(cliquez sur les images pour voir le travail en grand)

 

 

 

Mohammed Ali par Thomas Hoepker

 

Mohammed-BEFORE-1024x645

 

 

 

 

Henri Cartier-Bresson par Bob Henriques (Marthin Luther King Jr. au premier plan)

 

Henri-Carter-BEFORE-1024x403

 

 

 

 

James Dean par Dennis Stock, sur Times Square.

 

James-Dean-BEFORE-1024x680

 

 

 

 

Audrey Hepburn photographié par Dennis Stock.

 

Audrey-Hepburn-BEFORE-1024x708

 

 

 

 

Imaginez : chaque ligne, chaque zone, représentent des modification de l’exposition du papier sous l’agrandisseur, un travail de maître. Celui-ci est capable, lorsqu’il y a dix tirages,  de reproduire les retouches de façon identique. Admirez c’est du grand art.

 

Merci à Pablo Inirio et à  Magnum Photos  pour ce partage qui fait découvrir ou même revivre les plaisirs du labo noir et blanc.

 

 

 

 

photographe un métier presque facile!…

 

 

 

   Home  Portrait Cadeau     FAQ     photographe Contact

 

 

J’attends vos commentaires (ci-dessous)